Le rhum est une boisson alcoolisée fabriquée à partir de la canne à sucre. Connu également sous le nom de « eau de vie », ce breuvage trouve ses origines aux temps de l’esclavage. Aujourd’hui, il est utilisé pour la composition de nombreux cocktails très appréciés.

Le rhum existe sous trois types bien distincts qui ont chacun leurs particularités : le rhum blanc, le rhum ambré et le rhum vieux. En outre, la classification en rhum traditionnel ou rhum agricole dépend essentiellement du mode de fabrication adopté pour extraire la boisson. Focus sur le sujet !

Origine du Rhum : ou est-il fabriqué ?

Le rhum connait ses origines vers l VIIIème siècle grâce à l’invasion des arabes sur le continent asiatique qui font connaitre la canne à sucre. La culture de cette plante s’étend très vite sur le continent américain au cours de la période coloniale.


Au début, le rhum a été utilisé comme étant un produit médicinal. Et si l’on ne connait pas exactement le nom de son initiateur,

c’est au père Labat que l’on attribue l’utilisation de l’eau-de-vie avant de se transformer en boisson alcoolisée.

Devenu un médicament courant sur les navires de l’époque pour soigner les esclaves, les Français ont donné le nom de « rhum » vers la fin du XVIIème siècle pour appeler l’alcool extrait du sucre de canne. C’est à partir de là que son expansion sur tout le continent européen et en Amérique du Nord a commencé.

Comment fabriquer du rhum

Le rhum est le fruit d’un long processus de fabrication qui se dessine en plusieurs étapes essentielles, dont la première consiste à réunir les ingrédients. Ainsi, pour obtenir 2 à 3 litres de rhum, on aura besoin de : 20 litres d’eau distillée, 2.5 kg de sucre en poudre, 2.5 kg de mélasse ainsi que de 40 g de levure réhydratée. Il faudra également réserver une autre quantité de liquide distillé, à mettre de côté, pour pouvoir diluer le tout une fois que le mélange aura été fait.

La fabrication se fait en 4 étapes : la décantation, la fermentation, la distillation et la finition. La première étape consiste à mélanger l’eau avec le sucre et la mélasse, puis à chauffer le mélange sur un feu moyen en évitant de le faire bouillir. Pour cette étape, une propreté absolue est requise pour ne pas souiller la préparation.

La seconde étape consiste à verser la levure dans la solution refroidie à 25°C. Celle-ci se transforme alors en une sorte de levain. Ensuite, la levure absorbe les glucides du sucre et les transforme en alcool, en produisant de l’éthanol et du dioxyde de carbone.

Pour la troisième étape, il s’agit de mélanger la vapeur d’alcool avec de la vapeur d’eau pour la faire augmenter de volume. On obtient alors un mélange de vapeur qui contient un plus gros volume d’alcool, que l’on fait passer dans un tube de condensation pour faire retomber la vapeur d’alcool à l’état liquide.

La dernière étape est celle du vieillissement. Pour cela, il faudra reposer la

Qu'est-ce qu'un rhum agricole ?

Le rhum agricole est un rhum que l’on obtient avec de la canne à sucre fraîchement coupée de la plantation, transformée ensuite en pur jus de cannes. Le broyage des cannes se fait alors immédiatement après la récolte, ce qui permet d’en extraire les arômes qui définiront ensuite le caractère du breuvage. A noter que la qualité aromatique des rhums varie en fonction du territoire où les cannes sont cultivées.

Le jus de canne obtenu après broyage passe directement à l’étape de la fermentation, puis sera distillé pour donner des rhums agricoles.

Quelle est la différence entre le rhum blanc et le rhum ambré ?

Rhum blanc ou ambré, la différence se situe essentiellement au niveau du temps de macération, et donc du taux d’alcool contenu dans le breuvage. Les ingrédients choisis pour fabriquer la mixture jouent également un rôle essentiel dans son aromatisation. Il peut, en effet, s’agir de fruits secs comme le citron vert ou l’ananas et d’épices divers telles que le poivre ou le gingembre.

Ainsi, le rhum blanc est considéré comme étant le plus fort de tous les rhums, car l’alcool qu’il contient peut atteindre les 50°. Paradoxalement, le rhum blanc se distingue par de douces saveurs à la dégustation, et permet de mettre en valeur la saveur des fruits et des épices utilisés lors de la fabrication d’un punch au rhum ou d’un rhum arrangé. Selon les goûts, il peut également être dégusté sec ou avec des glaçons.

Le rhum ambré présente une teneur en alcool moins importante, à 20% en dessous de celui du rhum blanc. Il est très utilisé par les arrangeurs pour fabriquer de délicieux cocktails à base de rhum qui seront ensuite servis en apéritif. Les breuvages de meilleure qualité sont stockés dans des fûts de chênes pendant un an et demi à deux ans pour y macérer, ce qui leur donne une couleur caramel ou ambré. C’est d’ailleurs ce qui a valu le nom de « rhum ambré ». Pour les entrées de gamme, la solution alcoolisée est tout simplement aromatisée au caramel.

Quels sont les 10 meilleurs rhums ? (commencer par dire que ça dépend des gouts)

Le classement des 10 meilleurs rhums du monde dépend essentiellement des goûts de chacun, cependant voici une proposition de liste de rhums que les véritables connaisseurs devraient tester :

  • Diplomatico Reserva Exclusiva 12 ans : venu direct du Venezuela, il connait un franc succès auprès des personnes qui prétendent ne pas apprécier le rhum.
  • Don papa : puisant ces origines aux Philippines, ce grand classique des bars est destiné à ceux qui veulent découvrir le vrai goût du rhum.
  • El Dorado 25 : ce rhum de 25ans d’âge se distingue par des assemblages d’arômes qui lui donne un caractère sacré. C’est un produit très recherché qui est produit en quantité très limitée.
  • Zacapa : produit par la seule distillerie du Guatemala, ce rhum atteint le summum de son raffinement après 23 années de vieillissement en poursuivant son temps de macération de fûts en fûts.
  • Bumbu : fabriqué à la Barbade, ce rhum artisanal respecte la recette originelle des rhums épicés des Caraïbes.
  • Sailor Jerry : aromatisé à la vanille, ce rhum des Iles vierges américaines est caractérisé par son goût sucré qui le rend très agréable au palais. Très apprécié pur et sec, c’est également un breuvage de base pour la fabrication de nombreuses recettes de cocktails.
  • Kraken : tirant son nom de l’animal qu’il incarne, c’est un rhum ambré qui se caractérise par son goût vanillé.
  • Opthimus : fabriqué en République Dominicaine, ce rhum de 25 ans d’âge associe des arômes combinés qui lui donne un caractère unique. A la fois épicé et sucré, il présente également un goût toasté et boisé. Produit en quantité limitée.
  • Quorhum : cette fois, la Dominique propose un rhum de 30 ans d’âge, ayant vieilli dans des barriques de whisky. Un sacré goût pour du rhum !
  • Chalong Bay : la Thaïlande offre ce rhum blanc fortement épicé qui, une fois en contact avec le palais, fait découvrir un goût agréablement fruité.

Quels sont les cockatils à base de rhum les plus connus ?

Le rhum constitue l’ingrédient principal pour la fabrication d’une multitude de cocktails, dont les plus connus sont : le mojito, le Daiquiri, la Piña Colada, le Zombie, le Don Papa Julep, le El Presidente, la Réserva Diplomatico le Punch Cubain, l’Angostura 1919 Treacle, le Mademoiselle, le Aloha à la vanille, la Tempête tropicale ou encore le Cuba Libre   

Quel rhum choisir pour son mojito ?

Etant une boisson typiquement cubaine, le mojito doit naturellement être fabriqué à partir d’un rhum cubain. Habituellement, c’est le Havana 3 ans d’âge qui est le plus utilisé pour la préparation de cette boisson. C’est le rhum parfait pour libérer la fraîcheur de la menthe ainsi que l’acidité du citron et accentuer son arôme. Cependant,  il peut être substitué par un Bracardi Carta Blanca ou Carta Oro, ce qui ne fera pas de très grande différence.

Quel rhum choisir pour son Cuba Libre

Egalement connu sous le nom de « rhum coca », le Cuba Libre est l’association d’un rhum cubain et du Coca Cola. Pour le réussir, un bracardi Carta Oro ou Oakheart font bien l’affaire. Mais idéalement, le Havana 3 ans d’âge prime pour fabriquer ce genre de cocktail rhum.